Retour à la page d'accueil

Pourquoi nous croyons en la bourse

Il arrive régulièrement que nos clients aient une réaction épidermique par rapport aux investissements boursiers. Souvent pour trois raisons de base :

1. L’aspect spéculatif de la bourse
2. L’absence de garantie
3. Le manque de connaissance et l’obligation de suivi


Détaillons ces points avant d’exposer notre mode de pensée plus profonde.


1. L’aspect spéculatif de la bourse

Bien que cela puisse surprendre, c’est une erreur d’amalgamer bourse et spéculation. Car la bourse n’est jamais au départ que le lieu où une entreprise va pouvoir déposer une certaine partie de son capital social (ses actions) pour obtenir en échange des moyens financiers qui vont lui permettre de se développer. Dès lors, acheter des actions, c’est soutenir une entreprise et tout ce qui va avec : projets, travailleurs, produits, etc. Le problème, c’est ce qui se passe après puisque à partir du moment où une action est cotée en bourse, elle peut changer de main à tout moment. Et là, les visions divergent : il y a ceux qui investissent à long terme dans des entreprises durables en prônant un actionnariat actif en discussion avec l’entreprise (ce que fait la Banque Triodos) et il y a les autres qui ne voient que le profit à court terme.

La bourse n’est donc qu’un outil : tout dépend de ce qu’en fait l’utilisateur.


2. L’absence de garantie

Ce point est évident : il n’y a pas en bourse de garantie de capital et d’intérêt. Oui, et alors ? En disant cela, on a tendance à oublier que la vie est tout, sauf une garantie de long fleuve tranquille. Que l’on souhaite se rassurer est une chose. Que l’on veille assurer une pérennité à son épargne en est une autre bien normale. Mais ce n’est pas pour cela qu’il faut rester dans les plaines ! La montagne a certes ses périls, mais ses beautés sont plus nombreuses. Et il est possible de les découvrir en suivant des chemins balisés.

Pour autant que l’on adapte sa stratégie de placement avec son profil et ses besoins, avec ses projets et ses moyens financiers, il est possible de trouver de la satisfaction en bourse sans faire bouillir ses neurones. Il y a d’ailleurs deux outils qui aident grandement à cela : le temps et les placements collectifs (Sicav, Fonds de placements, OPCVM, etc.).

Le temps est un allié indispensable à l’investisseur (voir notre article complémentaire, point 2) car il permet de regarder les orages avec plus de sérénité. Ce facteur temps est d’ailleurs la principale raison pour laquelle un investissement à risque est en lien naturel avec les produits fiscaux et les épargnes junior, tous deux ayant par définition une durée très longue.

Les Sicav sont quant à elles d’excellents moyens de diversifier un placement, pour autant qu’on les choisisse correctement (car toutes ne se valent pas). Même dans les pires tourmentes, nous n’avons jamais vu une Sicav bien diversifiée mondialement en termes d’actifs perdre l’ensemble de sa valeur. Dernier exemple en date : la crise de 2007 - 2008. Ce n’était quand même pas n’importe quoi avec des chutes de près de 50 % de certaines Sicav (très) volatiles ! 10 ans plus tard, les cours ont largement dépassé les niveaux de 2007.


3. Le manque de connaissance et l’obligation de suivi

Un terrain inconnu est-il pour autant miné ? La précaution face à ce que l’on ne connait pas ou peu fait craindre le pire. C’est une tournure d’esprit qui reviendrait à vouloir croire qu’investir en bourse, c’est comme prendre ses vacances dans les campagnes reculées du Vietnam, lesquelles gardent encore malheureusement des traces vivaces d’un passé assourdissant !

Pour l’amateur peu averti des choses financières, et qui plus est n’a pas envie de se frotter de trop près aux obligations et ennuis d’un suivi de patrimoine, la Sicav vient ici aussi largement alléger le programme. Car votre investissement, qui profite intrinsèquement d’une diversification, est géré par des professionnels de la finance et ce type de placement doit très clairement être vu à long terme. Un suivi, s’il est recommandé, ne doit pas être autant prégnant que celui que doit s’imposer l’investisseur en actions pures, la volatilité des marchés étant nettement plus présente dans ce cas.

Enfin, on notera qu’en ces jours de taux bas, la politique de la Banque centrale européenne est tournée vers deux objectifs : puisque votre argent placé sans risque ne vous rapporte quasi plus rien, l’idée est de vous inviter soit à acheter des biens de consommation pour faire tourner l’économie, soit à investir à risque pour soutenir cette même économie (voir point 1 ci-dessus). Bref, l’Europe vous pousse dans le dos et aujourd’hui, si l’on souhaite un tant soit peu dynamiser son épargne, ne fût que pour combattre l’inflation, il faut sortir de sa zone de confort !


Le fondement de notre pensée

Tout ceci est bien, mais il est une raison plus fondamentale qui nous pousse à croire en de bonnes perspectives boursières à long terme : la croissance.

Attention : qu’on ne nous fasse pas dire ce que nous n’avons pas écrit ! Par croissance, il faut entendre le principe même de toute vie sur terre. En effet, nous pensons que la nature, l’homme, et son évolution sont basés sur des mécaniques de croissance. Quelle que soit sa croyance, il est un fait qu’il est difficile de nier : une fleur, ça pousse. C’est un fait lié à la marche naturelle des choses, dont l’Homme fait partie. Certes, la fleur meurt aussi. Mais elle repousse après. A tout moins le moins, la vie trouve toujours son chemin (revoyez vos cours et Jurrassic parc). L’homme est dans ce schéma et son activité économique également. Or, un des reflets de cette activité est la bourse. Dès lors, même s’il y a des moments de tensions, de baisses, d’errements, la bourse ne fait que suivre une marche générale qui est orientée à la hausse.

Bien sûr, le chemin n’est pas linéaire. Et c’est heureux, car comme dans n’importe quelle vie, il faut souffler. Quand on nous pose la question de savoir quelle sera l’évolution boursière future, et bien que nous ne soyons nullement gestionnaire de fonds, prévisionniste, expert, etc., nous avons cette réponse : ça va baisser ! C’est certain, et même plusieurs fois (voir liste des crises sur Wikipédia). Et ce n’est pas grave. Parce que ça va remonter. Plus haut.

Chacun de nous a déjà eu un coup de blues. Cela arrive, et la plupart du temps on repart vers une meilleure forme ! C’est la même chose en bourse. Si celle-ci n’était qu’à l’image d’une seule personne, le risque serait grand d’arriver à un point où la machine ne reparte pas. Mais la bourse, ce sont des millions de gens. Et sur l’ensemble, il y a toujours plus de personnes qui sont orientées à la hausse que d’autres qui arrêtent par découragement. Sinon, cela ferait belle lurette que l’espèce humaine ne serait plus sur terre !

La question que l’on pourrait poser en période de baisse est : pourquoi peut-on être sûr que la machine va repartir ? Tout simplement parce que la bourse n’est que le reflet de l’esprit humain et du concept par lequel il fonctionne : personne n’a envie de perdre ! Quoi que ce soit. Quand on se marie, ce n’est pas en se disant qu’on verra arriver avec joie un an plus tard la libération du divorce. Sauf pour les mariages blancs, mais on s’égare…

Quand vous investissez en bourse ou ailleurs, ce n’est donc pas avec l’idée de perdre volontairement de l’argent. D’accord, nous ne nierons pas que cela peut arriver par une mauvaise gestion, un mauvais timing ou tout ce qu’on veut. Mais ce n’est pas par volonté ! Et à nouveau, si la malchance tombe sur vous, d’autres y échapperont. Au final, ils seront plus nombreux et c’est ce que montrent les graphiques d’évolution boursière depuis plus de 200 ans : ça monte !

Notre formation d’historien nous pousse à être ici un peu plus précis. Chacun peut avoir en tête le célèbre adage "Les rendements du passé ne sont pas une garantie pour l’avenir". Et si ce précepte porté aux nues par les autorités de contrôle à toute sa raison d’être et comprend une vérité qu’il est difficile de remettre en cause, il induit à force de répétition une crainte quasi chronique de la volatilité des choses et des évènements. A tort. Car le passé est peut-être ce qu’il est mais c’est le seul élément tangible sur lequel nous pouvons établir quelques constats statistiques.

Or, que voit-on ? Que si la crise de 2000-2002 a engendré une chute de 50 %, cette parte a été reprise pour globalement retrouver ses niveaux… en 2007 ! Nouvelle crise avec - 50 % ! Et depuis ce doublé (qui reste exceptionnel dans l’histoire boursière) ? Hé bien, la bourse américaine, par exemple, a pris 320 % ( 415 % avec les dividendes) dans un marché haussier exceptionnellement long. Mais remontons plus loin.

Depuis 1926,le marché baissier moyen a duré 1,4 année, avec une perte cumulée de 41 %. Mais le marché haussier moyen a duré 9 ans, avec un gain moyen de 476 % ! (*)

Alors, quoi ? Tout le monde peut se lancer ? Oui. Et tout le monde va gagner ? Non ! Parce que le timing (le moment où on entre dans le marché), les moyens, la réactivité face aux crises, le type d’investissement, les sécurités appliquées (investissement progressif, stop-loss), la duré de conservation du placement, etc. ne sont pas les mêmes pour les uns et les autres. C’est pourquoi il faut prendre des précautions. Nous sommes là pour vous guider en ce sens. La seule chose dont nous avons besoin, c’est d’une croyance, que vous aurez faite vôtre : à long terme, ça va monter !


(*) Chiffres Schroders / First Trust cités dans l’Echo du samedi 16/09/2018.
Pour revenir à la rubrique "Generali", cliquez ici.

Bienvenue sur notre site

Information, service, originalité, dynamisme, créativité : voilà les qualités qui résument notre activité en épargne, placements et assurances et que nos clients nous communiquent régulièrement (cliquez ici pour en savoir plus)

6 janvier 2021
Certificats Triodos : ordres suspendus
Les détenteurs de certificats d’action de la Banque Triodos ont reçus un avis à propos de la suspension des transactions. Ils trouveront plus d’infos en (...)
Lire la suite.
Voir toutes les actualités
Contact | Plan du site | Recherche | Un site propulsé par SPIP et mis en toile par Vivao